L’humanité entre graduellement dans une nouvelle ère au niveau de l’évolution de sa conscience, celle de l’individualisation. Cette réalité, vécue par de petites grappes de personnes de par le monde, se manifeste en dehors de toute volonté purement égoïque. Ainsi, un vent d’une intelligence nouvelle se lève et commence à souffler, à travers les individus capables d’en supporter les rafales.

Si ce souffle longtemps attendu et prédit comme « l’air du verseau » crée une scission au sein même de l’humanité, avec d’un côté une humanité dite « involutive » et de l’autre une humanité dite « évolutive », il ne représente pourtant qu’une partie d’un processus plus vaste et complet.

Il est évident que les vibrations qui traversent actuellement la planète sont d’une nature individualisante, et celles et ceux qui s’avèrent capables d’en absorber l’énergie s’en retrouvent grandement stabilisés dans leur psychologie. Celle-ci vit alors une transformation, passant d’une base collective à une base strictement personnelle, non pas égoïste et égocentrique, mais individuelle et centrique. L’égo ainsi individualisé devient alors capable d’étudier le monde dans sa globalité à travers un prisme neuf, ce qui lui permet de redéfinir tout ce qui ne lui est plus utile tel qu’il l’a connu lors de sa période de vie collective et psycho-mémorielle.

Toutefois, il doit être su que le processus global d’évolution de la conscience humaine ne s’en tient pas à cette énergie individualisante. Celle-ci n’est qu’un prologue à d’autres énergies de natures plus structurantes encore, car plus vastes et profondes dans leurs qualités informatives.

Aussi, les personnes touchées par ce processus d’individualisation doivent en arriver à saisir que celui-ci vise à les isoler de la nature collective de leur identité humaine plus qu’à leur permettre une réelle émancipation de la conscience psychologique dans sa totalité. En fait, l’individualisation est un processus de raffinement de la psychologie humaine, à un niveau mental supérieur à celui de l’Homme dit « involutif » mais qui reste intra-terrestre, soit karmique au niveau planétaire.

Ceci étant dit, l’individu bénéficiant de l’apport énergétique de cette nouvelle vibration, généralement appelée Esprit, doit en arriver à réaliser que cette vibration n’est pas encore totalement pure dans sa lumière. Ce qui sous-entend que sa conscience individualisée ne représente pas une conscience totale.

La planète vit donc une phase d’individualisation qui marque le début d’une nouvelle ère pour une humanité dont la division sera encore plus prononcé qu’avant. Et c’est précisément cette division qui servira d’initiation à l’homme individualisé. Celui-ci devra en effet réaliser que l’ouverture de conscience qu’il a vécu en s’individualisant ne doit pas devenir un support personnel d’évolution, mais plutôt un outil pour la suite de son expansion de conscience. Autrement dit, il devra passer de l’individualisation à l’universalisation de sa conscience.

Pour ce faire, il devra dépasser les effets absolument subtils qu’engendre sa nouvelle conscience intelligente, pour pouvoir à nouveau s’ouvrir totalement au monde et à l’autre, quel que soit cet autre. Cela lui sera possible graduellement, sous couvert d’une honnêteté extrême et sans faille, soit en se regardant être et agir vis-à-vis son environnement au quotidien, car c’est dans son rapport à l’autre que l’individu conscient sera testé, et ce, sans relâche afin de préparer en lui le terrain à une potentielle expansion de sa conscience, ouverte sur la réalité universelle.


Kévin Chevalier, Le 17’02’21.